Skip to main content

Bibliothèque Atwater du Mechanics’ Institute, qu’est-ce que ça peut me faire?

Version imprimableVersion imprimable

larger_Braganza005.jpg Durant les années 1970, dans un Québec en proie à des perturbations politiques, nos proches, nos amis et nos collègues ont quitté massivement Montréal, et ceux qui parmi nous sont restés ont eu l’impression que leurs assises et les plaisirs de la vie leur avaient été ravis.

Il est alors devenu évident que pour continuer à vivre à Montréal et pour y réussir, il fallait faire plus d’efforts que par le passé. Nous devions trouver de nouveaux débouchés et de nouveaux amis. Il devenait aussi extrêmement important que les parents deviennent bilingues, leurs enfants bilingues ou trilingues, et que tous participent activement à la culture francophone. De même, notre patrimoine anglophone — un élément important de l’histoire du Québec — allait être submergé, nous semblait-il, à moins d’efforts soutenus de la part des anglophones du Québec pour encourager la préservation de leur identité montréalaise et québécoise tout en développant une approche plus pluraliste.

Rev. Esson.jpgRegard sur le passé

En 1828, plusieurs Montréalais influents, ayant pressenti la nécessité de former les travailleurs pour les industries émergentes de cette ville en pleine expansion, fondent le Montreal Mechanics’ Institute (MMI). Modelé d’après les Mechanics Institutes en Écosse et en Angleterre, ce nouvel établissement visait à promouvoir, selon son fondateur le révérend Henry Esson, « la formation de ses membres dans les arts et divers secteurs scientifiques ainsi qu’à leur fournir des connaissances pratiques ». Le MMI, qui organisait des séances hebdomadaires d’information sur une vaste variété de sujets, était doté d’une bibliothèque, d’une salle de lecture et d’un musée. En 1840,le MMI se fusionne avec le nouveau Mechanics’ Institute of Montreal. On attache alors une grande importance aux conférences et aux cours de dessin mécanique et architectural ainsi qu’à la bibliothèque et à la salle de lecture.

Logo, MIMALCC.jpg
Les contributions des premiers membres du Mechanics’ Institute pour développer des cours de formation aux adultes et des activités culturelles ont fait l’objet de très peu de reconnaissance, exception faite des activités de personnages très influents comme John Molson, Louis-Joseph Papineau et John Redpath.

Bien sûr, ces trois hommes ont exercé une influence majeure sur le développement de Montréal et sur celui du Mechanics’ Institute, mais il convient de souligner l’apport précieux de plusieurs autres membres du MMMI/MIM comme le révérend Esson, le Dr A. F. Holmes et Wilfrid Bovey (éducation);Rutherford, Wm., Jr..jpg Edward Maxwell, William Hutchison et Hector Munro (construction); John Ostell, William Footner et Alexander Cowper Hutchison (architecture); Tate brothers (chantier naval); John Spence et les frères Castle (vitrail); William Watson et Alexander Walker Ogilvie (meunerie); Robert Mitchell, George Prowse et Charles Garth (installations immobilières); William Dow et James Dawes (industrie brassicole); Stanley Clark Bagg, Francois-Antoine LaRoque et Jules Quesnel (milieu des affaires); William Rutherford, père et fils (construction et bois de construction).

Regard vers l’avenir

Au début des années 1980, afin de mieux refléter ses activités en constante évolution, l’organisme change de nom et devient la Bibliothèque et le Centre d’informatique.

larger_Atwater Library 1.jpgEn opération durant plus de 180 ans, la Bibliothèque Atwater a récemment acquis une nouvelle envergure dans l’ouest du centre-ville avec ses abonnés en provenance de toute l’île de Montréal. Elle s’est dotée de nouveaux services, dont les nouvelles installations du Centre d’informatique; les cours d’informatique conçus pour des groupes ciblés, incluant les jeunes défavorisés; et une série de conférences midi, offertes gratuitement et qui attirent chaque semaine de nombreuses personnes durant la saison hivernale. Plusieurs organismes à but non lucratif y louent des locaux, et l’auditorium peut accueillir des petits groupes communautaires lors de leurs rencontres.


Mechanics Hall sketch.jpg
En 2002, des démarches ont été entreprises pour que l’édifice de la bibliothèque, construit en 1920 au coin des rues Atwater et Tupper, soit désigné Site historique national, un projet devenu réalité quelques années plus tard. Par le truchement du Programme de partage des frais de Parcs Canada, le gouvernement du Canada a annoncé, en novembre 2009, sa contribution de 425 000 $, destinée à la rénovation du bâtiment.

Pour obtenir plus d’information, visitez le site atwaterlibrary.ca ainsi que montrealhistory.org.